mercredi 22 février 2017

Vanessa & Alessio

Vanessa est la maman d’Alessio, enfant autiste de 6 ans, qui vient récemment d’être enfin scolarisé dans un centre de jour, après des années sans solution, la région de Charleroi n’ayant qu’une seule classe à pédagogie adaptée à l’autisme.


Vanessa est divorcée et émarge au CPAS.
Elle a été victime de 2 accidents de roulage, qui lui ont abîmé le dos et les cervicales, provoquant des douleurs et des paralysies partielles. Elle doit être aidée pour les actes du quotidien (ménage, les courses, être véhiculée, parfois s’habiller…). Le chauffard du 2e accident qui était en tort est en délit de fuite, on ignore si Vanessa rentrera dans ses droits.

Vanessa a d’autres problèmes de santé divers (cardiopathie ischémique, problèmes de thyroïde dans l’attente d’un examen…). Dernièrement, elle a passé des examens pour une suspicion de cancer au poumon. La biopsie s’est mal passée, et elle a fait une hémorragie, se noyant dans son sang. Elle a été plusieurs jours aux soins intensifs, sa saturation très basse.
Les médecins estimaient que la biopsie avait 95 % de chance de revenir positive pour un cancer, ce n’est pas encore le cas, mais c’est une question de 2 à 6 mois ; ils préconisent l’ablation d’une partie du poumon, c’est confirmé par un 2e avis d’un autre oncologue, l’opération est prévue pour les jours prochains.

Pendant ce temps, l’hôpital de Charleroi lui réclame près de 600 euros. Le CPAS de Charleroi lui facture les frais de déplacement de ses aides familiales et une quote-part de leurs prestations (près de 900 euros). Elle aura encore plus besoin de ses aides après l’opération…

Les huissiers sont à la porte de la famille. Ils vont probablement saisir, entre autres, le matériel informatique qui sert à l’enfant… et la TV, alors qu’un de ses centres d’intérêt sont les dessins animés… ça va être terrible pour lui ! 

L’enfant a été réévalué pour les allocations majorées suite à l’aggravation de ses troubles, mais étant donné que la maman émarge au CPAS et pas au Forem, elle n’a pas droit au maximum (en fait, plus on a besoin, moins on reçoit d’aide…)

L’enfant est suivi par un bon service d’accompagnement, mais qui est overbooké et ne peut pas s’en occuper souvent. Ils ont un service plus intensif, mais le malheur étant qu’Alessio est intelligent et plein de compétences, il ne peut pas en bénéficier.

Le centre de jour a augmenté ses frais de scolarité depuis janvier, c’est passé de 200 euros par mois à 300, à charge de la maman. Plus les 10 euros de taxi passant à 15 euros par trajet !

Vanessa ne s’en sort plus, voici pourquoi nous demandons à M. Paul Magnette, bourgmestre de Charleroi, d’au minimum effacer la dette de Vanessa envers le CPAS, ainsi que ses frais futurs de quote-part de prestations et de frais de déplacement de ses aides familiales.

Vous pouvez signer la pétition ici :

Cependant, nous n’y croyons pas, car nous avons déjà plusieurs fois sollicité le CPAS devant cette situation d’une tragédie absolue et pour une fin de non-recevoir ! Tandis que nos dirigeants politiques sont englués dans les scandales financiers, pour des millions d’euros. Et puis il y a la dette de l’hôpital, les frais de scolarité, de transport…

Nous avons donc aussi lancé une cagnotte. Pour ne pas laisser crever Vanessa et Alessio. Mesdames, Messieurs, montrez le bon exemple à M. Paul Magnette en mettant ce que vous voulez, ce que vous pouvez, ici :

Merci pour eux.

mardi 14 février 2017

Enquête pour les besoins en formation à l'autisme des parents en Belgique

Message d’étudiante

Bonjour,
Je suis passionnée par l'autisme et dans le cadre de mon TFE, je souhaite faire une identification des besoins et des attentes des parents d'enfant(s) avec un TSA au sujet des formations qui leurs sont destinées. Le but étant de faire des recommandations afin d'améliorer l'offre existante actuellement en Belgique.
Les résultats vous seront accessibles à tous par la suite.

Si vous êtes parent d'un ou plusieurs enfant(s) avec un TSA, je vous serais reconnaissante de bien vouloir contribuer à ce projet en répondant à ce sondage
Cela ne vous prendra que 3 MINUTES.

[NDLR : Voilà qui promet d'être productif : à condition que l’échantillonnage soit assez important, il y aura des résultats concrets sur la formation des parents.]

jeudi 9 février 2017

Les humains malades de leur égocentrisme

Adapté librement de Jean de La Fontaine,
« Les animaux malades de la peste ».

Un mal qui répand l’injustice
Et que la nature n’accorda comme vice
Qu’aux humains sur cette Terre :
La soif de pouvoir (puisqu'il faut l'appeler par son nom)
Capable de permettre toutes les trahisons,
Faisait aux altruistes la guerre.
Ils n’en mouraient pas tous, mais tous étaient touchés :
On n'en voyait point d'occupés
À se dépêtrer d’un manipulateur pervers ;
À se heurter à un plafond de verre.

Despotes et cupides épiaient
Tous ceux qui pourraient être leur proie
Les amis se mentaient :
Plus d'amour, partant plus de joie.
Les commérages pour conseil, et les ennemis
De ses ennemis pour amis
Cherchant gloire et fortune
Pouvoir et honneur
Rien n’arrêtait leur rancœur
Envers ceux qui contre eux faisaient cause commune.

L'histoire nous apprend qu'en de tels événements
Certains font de pareils dévoiements :
Ne les flattons donc point ; voyons sans indulgence
L'état de leur conscience.
Combien, satisfaisant leurs appétits gloutons
Ont tondu force moutons ?
Que ces derniers avaient-ils fait ? Nulle offense :
Si ce n’est qu’ils étaient crédules,
Et à diriger, faciles.
Et permettez-moi de rajouter que je pense
Que les Malsains préféraient au Royaume des Aveugles être Borgnes Rois ;
Maîtres en chaumière que serviteurs à une Cause
Dussent-ils faire la cinquième roue du carrosse
De la population dont ils étaient censés défendre les droits !

Les scrupules leur paraissent inutiles délicatesse ;
Eh bien, tondre moutons, piétaille, sotte espèce,
Est-ce un péché à leurs yeux ? Non. Ils pensaient ces Seigneurs,
En les tondant, leur faire beaucoup d'honneur.

Présentant leurs opposants
Comme dignes de tous maux,
Leur attribuant leurs propres défauts :
Dont soif de pouvoir et d’Empire.
Ainsi dirent les Manipulateurs, et flatteurs d'applaudir.
On n'osa trop approfondir
De leurs lieutenants, presque aussi populaires
Les moins pardonnables manières.
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples petites mains,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.



L'Innocent vint à son tour et dit : « J'ai souvenance
D’avoir œuvré à la cause en collaborant
Avec dirigeantes instances
Que j’en fus honoré
Et pour sensibiliser la cause
Cette distinction je l’acceptai. »
À ces mots, on cria haro sur la chose !
Un habile perfide prouva par sa harangue
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Collaborer pour la gloire ! Quel crime abominable !
Rien que la mort n'était capable
D'expier son forfait : on le lui fit bien voir.

Selon que vous serez sincère honnête ou menteur mielleux
L’opinion publique vous fera Diable ou Dieu.

dimanche 5 février 2017

CADEAU


J’ai toujours été révoltée contre cette chanson de Marie Laforêt. Mettre ça sur le dos d’un petit garçon, alors que les parents lui doivent tout cela, lui qui n’a pas demandé à naître.

Mais aujourd’hui, je ne suis plus la maman d’un petit garçon adorable. Je suis la maman d’un ado disons-le comme les choses le sont, chiant imbuvable !

En mode mère indigne et si je ne chantais pas si faux, voilà ce que je lui chanterais (je me contenterais donc de l'écrire) :

Pour un traitement fertilité parfois douloureux, toujours contraignant
CADEAU
Pour avoir mis aux oubliettes 2 paquets et demi quotidiens de cigarettes
CADEAU
Pour presque dix mois de patience et huit heures de souffrance
CADEAU
Pour 5 ans dans les langes, 5 ans sans langage, 5 ans sans croiser le regard, 5 ans sans échanges,
CADEAU
Pour 5 ans de produits laitiers sans avoir le bonheur, pour son enfant, de cuisiner
CADEAU
Pour que mon cœur se serre chaque fois que je vois un bébé regarder sa mère dans les yeux, ce que je ne connaîtrai jamais,
CADEAU
Pour que mon cœur se serre chaque fois que je vois un jeune enfant pédaler, aller aux toilettes, manger de bon cœur
CADEAU
Pour avoir renoncé aux soirées
CADEAU
Comme aux sorties, aux amis
CADEAU
Et aussi à une partie de la famille (bon OK c’était la mauvaise partie)
CADEAU
Pour avoir déménagé pour l’éducation adaptée,
CADEAU
Pour les jouets, les jeux, les DVD
CADEAU
Pour les parcs d’attraction à la con,
CADEAU
Les films aux cinés qu’on n’a pas aimés,
CADEAU
Et quand on fait le tour, le total de notre amour,
C'est CADEAU

vendredi 3 février 2017

À la cinquantaine...

À la cinquantaine (pour les dames) :
  • -         Tu as mal à l’index à force de scroller les menus internet pour trouver ton année de naissance
  • -     Tu t’aperçois que tu dois manger moins que « normalement » si tu veux garder ta ligne
  • -     Tu y arrives (ou pas, mais tu t’en fous un peu dans ce cas)
  • -      Tu raccourcis tes longs cheveux
  • -     Tu vois le coiffeur tous les mois pour les racines au lieu de toutes les 6 semaines
  • -     Tu changes tes produits « peaux mixtes » contre des produits « peaux sèches »
  • -      Tu changes tes linges hygiéniques contre des Tena Lady
  • -     Tu vois ton médecin plus souvent que le véto, même si tu as beaucoup d’animaux
  • -       Toi qui as toujours aimé les animaux sans compter tu n’adoptes plus forcément après un décès
  • -        Tu dis adieu à tes parents
 
Oui mais, à la cinquantaine :
  • -      Tu passes de nettoyage de peau + épilation + pédicure + manucure par semaine à par mois et c’est amplement suffisant
  • -       Tu peux pleinement profiter de ton amoureux sans te demander si ton moyen de contraception est sûr à 100 %
  • -       Tu deviens plus tolérante
  • -       Avec de la chance, tu dis bonjour à tes petits-enfants
  • -       Tu te dis que beaucoup de gens que tu as aimés n’ont pas eu la chance de l’atteindre, cette cinquantaine
  • -        Et tu sais que vieillir est plus un privilège plus qu’une malédiction.